mercredi 3 mars 2010

Le « secours poétique » au chevet d’Haïti

Article paru dans "La Croix" du 03/03/2010
rubrique "Une idée pour agir"

Bien qu’étant peu lue, la poésie contemporaine reste un vivier fécond et moins replié sur lui-même qu’on ne le pense. Depuis plusieurs semaines, des centaines d’auteurs se retroussent les manches pour venir en aide au peuple haïtien, à la suite du cataclysme qui a frappé l’île, en janvier. Mais que peuvent-ils, les poètes, face à la souffrance ? « Partager ce cri intérieur, l’ouvrir au monde pour qu’il soit l’acte de solidarité espéré », répondent la poétesse roumaine Dana Shishmanian et l’écrivain mauricien Khal Torabully, initiateurs du projet « Poètes pour Haïti ». À travers ce geste de « secours poétique », il s’agit, disent-ils, de provoquer un sursaut de « créativité devant l’anéantissement ».

Le collectif rassemble près de 70 auteurs originaires des cinq continents, dans un ouvrage éponyme de 122 pages, sobre et poignant, à consulter sur le Web. Le recueil peut être téléchargé au format PDF en échange d’un don à une association (Action contre la faim, Croix-Rouge, Secours catholique, Solidarités ou Unicef). Loin de n’être qu’un prétexte humanitaire, l’ouvrage étonne par la qualité de ses textes. De grandes voix de la poésie actuelle s’y font entendre, comme celle de Colette Nys-Mazure, chroniqueuse pour le mensuel de spiritualité Panorama (édité par Bayard) : « Il s’agit de faire face/à l’innommable ;/Aucun mot pour dire./ Tendre l’oreille./ Saisir les mains pantelantes./ Inventer des relevailles. » Ailleurs, le poète Éric Dubois s’efface, avec un profond respect, derrière le cri des fils d’Haïti : « Nous avons faim/nous n’éprouvons pas même la colère/Contre qui contre quoi ?/Ne parlez pas de fatalité/ne dites rien/Nous sommes de la même humanité/qui souffre/Vos frères et vos sœurs/de la même espérance/Aidez-nous/à nous tenir droit/Venez. » Sans aucune promotion, l’initiative s’est propagée via les blogs et réseaux sociaux tels que Facebook. Dana Shishmanian aimerait trouver un éditeur qui accepte de publier l’ouvrage sous forme papier, afin d’accentuer sa diffusion… et ses retombées financières en Haïti.

François-Xavier Maigre

7 commentaires:

  1. Merci d'avoir su relayer notre appel pour les sans-voix. Cet ouvrage né dans l'urgence montre que les poètes peuvent répondre à l'urgence et inventer face à l'horreur. Les réseaux, les relais sont autant de vecteurs de cette écoute agissante, solidaire. Merci pour les haïtiens.
    Khal Torabully

    RépondreSupprimer
  2. Puis-je publier votre texte sur le dossier:
    http://www.potomitan.info/ayiti/seisme_2010.php

    Vous pouvez me rejoindre par l'email du webmaster du site qui se trouve en bas à droite.
    Merci, cordialement,
    Francesca Palli

    RépondreSupprimer
  3. Je voulais un e-mail pour rentrer en contact avec vous. Je vous laisse le mien, paroleenarchipel@gmail.com Je suis un contributeur au projet du livre. Important pour moi. J'ai pas trouve de contact sur ton blog

    RépondreSupprimer
  4. Au lieu de : Article paru dans "La Croix" du 03/03/2009
    rubrique "Une idée pour agir"

    Je pensais que tu devrais mettre: 2010

    Article paru dans "La Croix" du 03/03/2010
    rubrique "Une idée pour agir"

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour vos commentaires !
    La correction est faite.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  6. Dommage que peu d'autres confrère journalistes ne vous imitent pas ! Merci de votre attention à la poésie, rare de nos jours....

    Xavier Bordes

    RépondreSupprimer
  7. Pardon "confrères". http://xavier.bordes.over-blog.com/

    RépondreSupprimer