samedi 10 juillet 2010

Les bons mots d'Eric Dubois

Ce très beau texte (lire ci-dessous) provient du blog d'Eric Dubois, poète prolifique et militant, notamment sur le Web où il anime - de façon parfois offensive, il faut bien le dire ! - la revue Le capital des mots, qui reprend du service après une longue interruption. A force de clamer sa soif de reconnaissance à tous les vents de la Toile, le poète suscite parmi ses pairs empathie ou agacement, affection ou hostilité, c'est selon. Moi, je l'aime bien, Eric. Je vous en avais d'ailleurs déjà parlé sur ce blog. Restons-en à l'écriture, puisque c'est de poésie qu'il s'agit : l'homme a développé un phrasé moderne et nerveux, souvent incantatoire, parfois elliptique, mais truffé d'évidences que l'on avait pas vues soi-même, d'images instantanément savoureuses, tout en restant lisible, par n'importe qui. Voilà un poète qui n'a pas oublié qu'il écrivait pour être lu. Au risque, parfois, de tomber dans une certaine facilité. Ce texte aux accents spirituels remplit néanmoins parfaitement sa mission. Une fois encore, Eric Dubois vise juste, en disant simplement des choses pas simples à dire.

F-X.M.

Voici le poème dont il est question (source) :


Le sentiment d'appartenir
à plus grand que soi

Est-ce Dieu
ou autre chose?


Nous sommes tous Dieu
en puissance

Nous sommes comme lui
nus

Nous lui ressemblons
il est des nôtres

Il est dans le geste
le regard

La peur et la joie

L'amour

Il s'endort avec nous
il a la même odeur que nous


Il est dans le corps
dans l'esprit

Extase et orgasme

Il est dans nos pas
dans nos errements

Il est dans ce poème
il m'écrit

C'est lui qui guide ma main
qui trouve les mots

Il me parle

Le mot est Dieu

Le mot est univers

Dieu est l'alphabet du silence

Eric Dubois,
Juillet 2010

7 commentaires:

  1. Dieu est l'alphabet du silence j trouve q ça veut pas dire grand chose

    RépondreSupprimer
  2. Ca ne veut peut-être pas dire grand chose, mais ça dit quelque chose...

    RépondreSupprimer
  3. L'alphabet du silence...un alphabet pour risquer une parole inédite, qui n'existe pas, qui n'a pas encore été prononcée, n'a pas encore pu se dire, une parole qui serait sortie du fond de soi, celle qui nait de sa propre vie, celle que nul autre que soi peut dire...une parole unique, celle que chacun est appelé à dire en son nom propre, celle peut-être que Dieu appelle...Agnès Rochefort-Turquin

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, je trouve ce vers "Dieu est l'alphabet du silence" très inspirant. J'ajoute à mon commentaire précédent ce qui m'est venu ensuite en pédalant sur mon vélo pour me rendre au boulot. Cette parole à advenir, à écrire avec l'alphabet du silence, est celle qui justement ne peut trouver sa source que dans le grand silence, celui de toute existence lorsqu'on a fait taire le brouhaha autour de soi, le silence où plus rien ne parle si ce n'est que d'expérimenter d'être, d'en faire le constat, d'en mesurer le mystère. Agnès

    RépondreSupprimer
  5. Bien d'accord avec toi, Agnès ! Le vélo, ya pas mieux pour méditer. Amitiés ! fxavier

    RépondreSupprimer
  6. On sent une proximité -salutaire! - avec les premières paroles de l'Evangile selon saint Jean, et il est d'autant plus regrettable alors que ce poème ne transmette pas davantage le sentiment d'un obstacle surmonté. Je m'explique : la prosodie adoptée ici donne l'impression au lecteur que la majorité des vers, ainsi que leur agencement, son sortis sans souffrance, je veux dire, sans un excès d'effort, zèle essentiel à l'écriture poétique. (on décèle trés mal un rythme, fût-il heurté). Baudelaire ne disait-il pas de ses Fleurs qu'elles "n'avaient eu pour autre but que d'exercer mon goût passioné de l'obstacle"? Amitiés.

    Jean GUIONY

    RépondreSupprimer
  7. Je suis un peu d'accord avec le message précédent (malheureusement anonyme). Mais le message du poème reste beau, en tout les cas.

    RépondreSupprimer