jeudi 16 septembre 2010

Stéphane Bataillon, une voix limpide et profonde

C'est une bonne nouvelle. Très bonne, même. Elle nous vient du poète et éditeur Bruno Doucey. Jadis aux commandes des prestigieuses éditions Seghers, ce dernier vient de fonder sa propre maison éponyme. On y trouve une collection « Jeunes plumes », destinée à publier le premier recueil d’un poète. Choix courageux, quand on sait la santé fragile de l'édition poétique. Mais Bruno Doucey n'est visiblement pas homme à céder au pessimisme.

Lun des premiers apprentis poètes publiés sous ces auspices prometteurs n'est autre que Stéphane Bataillon, bien connu des lecteurs de ce blog. Ce poète discret mais furieusement prolifique (voir son blog) publiera au mois d'octobre Où nos ombres s'épousent, dans lequel, affirme son éditeur, l'auteur parvient "à dire des choses profondes avec des mots simples. Les siens, en tout cas, seront la petite lampe de nos soirées d’automne", assure-t-il.

Ayant eu la chance d'en lire les épreuves (merci Stéphane!), je ne peux qu'appuyer cet enthousiasme ! Voilà exactement le type d'oeuvre, à la foi exigeante et proche, susceptible de séduire un large public. Jusqu'au plus rétif des lecteurs.





Extrait :

Je t'avais promis

une caresse chaque soir

désormais, ce sera un poème



Ce qu'en dit l'éditeur :

"L’auteur de ce livre, né à Paris en 1975, d’une mère égyptienne et d’un père français, n’est ni un poète maudit ni un homme en exil. Avec lui, nulle entrée tapageuse en littérature, nulle propension à faire parler de soi sans avoir rien à dire. Stéphane a juste perdu celle qu’il aimait. Que dire de plus ? Il aurait pu s’enfermer dans un silence fracassé, il ne l’a pas fait. Son chant pouvait devenir le lamento d’un être inconsolable, il ne l’est pas. Limpide et profonde, sa poésie est de celles que ne renieraient ni Guillevic ni Claude Vigée. Elle parle juste et parle vrai. Peut-être ceux qui la liront se sentiront-ils aussi deux fois vivants."


En librairie le 1er Octobre 2010 / 96 pages • 13,5 x 17,5 cm • 10 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire