lundi 11 avril 2011

Le vieil homme



Le vieil homme parlait peu

A l'aube, on l'entendait prier
derrière l'embrasure d'une porte
dans une langue inconnue

Puis il avalait son café
passant sa main calleuse
sur nos cheveux
avant de disparaître dans l'allée.

Ce n'est que bien plus tard
au parfum des braises
répandu par le poêle

Qu'on le voyait rentrer
le geste lourd
et les pas chargés de nuit.


2 commentaires:

  1. Cette journée de vieil homme est tendre et touchante.
    On a envie qu'il se réchauffe auprès du poêle qui l'attend !
    Belle évocation.

    RépondreSupprimer