mercredi 16 février 2011

"La poésie, tout sauf un dérivatif"

La phrase est de Jean-Pierre Siméon. Interrogé par François Aubel, de la rédaction d'even.fr, le directeur artistique du Printemps des poètes analyse ainsi le rôle de la poésie en ces temps de crise : " Oui sans doute, nous avons un besoin plus urgent que jamais de poésie, mais sûrement pas en effet comme une consolation, une fuite du réel ou l’enjolivement d’une réalité pénible", estime-t-il.

"Si nous avons besoin de poésie, c’est qu’elle est « un extraordinaire accélérateur de la conscience » (Roberto Juarroz), qu’elle est une objection à l’affadissement de la langue, au conformisme des représentations, à l’omniprésence du divertissement, ajoute Jean-Pierre Siméon. La poésie, de ce point de vue, est le gage d’une lucidité et d’une compréhension dynamique de la complexité ; c’est de cela dont nous avons besoin en temps de crise, et non de dérivatifs confortables."


(photo : Printemps des poètes)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire