lundi 9 mai 2011

Le souffle poétique de Mahmoud Darwich


(Photo : http://www.mahmouddarwish.com)

Magnifique choix de textes que celui publié par Actes Sud pour honorer la mémoire de Mahmoud Darwich (1941-2008), poète palestinien célébré bien au-delà de sa terre natale. Portée par un souffle rare, son œuvre témoigne d'une quête de paix et de sens qui transcende les clivages politiques.

Ecrits entre 1977 et 1992, les poèmes publiés dans cette petite anthologie sont extraits de cinq recueils de Mahmoud Darwich. S'ajoutant aux textes de la même période déjà disponibles en français, ils permettent de mieux connaître une étape charnière de son itinéraire poétique entre Beyrouth, Tunis et Paris.

A lire : Nous choisirons Sophocle, traduit de l'arabe par Elias Sanbar, Actes Sud, 98 p., 18 €

En extrait, un passage qui m'a particulièrement séduit :

Si cet automne est le dernier,
demandons pardon
pour le sac et le ressac de la mer,
pour les souvenirs...
pour ce que nous avons fait
de nos frères avant l'âge du bronze.
Nous avons blessé tant de créatures
avec des armes faites des os de nos frères,
pour devenir leurs descendants près des sources.
Demandons pardon
à la harde de la gazelle
pour ce que nous lui avons
fait subir près des sources,
quand un filet de pourpre serpenta sur l'eau.
Nous ne savions pas que c'était notre sang
qui consignait notre histoire
dans les coquelicots de ce bel endroit.


1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Il est certain que cet extrait donne envie de lire la suite donc d'acheter le livre... Ah ces guerres qui inspirent pourtant tant de poésie....

    RépondreSupprimer