mardi 3 mai 2011

Ron Sexsmith envoûte la Maroquinerie



Ron Sexsmith en concert le 2 mai 2011 à la Maroquinerie , à Paris
(photo : François-Xavier Maigre)


Les quelques chanceux qui ont pu assister au fabuleux concert parisien de Ron Sexsmith, lundi 2 mai à la Maroquinerie, ne sont pas près d'oublier cet instant rare. Petite salle pour un grand bonhomme. Dans l'assistance, le public est l'image de l'artiste de 47 ans : sobre, recueilli, entre deux âges.

On ne se bouscule pas dans ce genre de soirées. On déguste une bière fraîche, sans excès. Poliment, on se fraye un passage jusqu'à la scène. Ambiance londonienne. Il y a ce bobo grisonnant, qui a ressorti les Converse de ses années d'étudiant à la Sorbonne. Et cet autre, en chemise blanche, qu'on imagine il y a quelques heures encore dans un bureau austère, et qui frétille à présent, un grand sourire sur le visage, au son d'une musique qui lui rappelle sans doute le parfum de ses vingt ans. Il y a des filles, bien sûr.

Ecouter Ron Sexsmith, c'est s'accorder un voyage dans un univers folk et pop sans âge. Des chansons courtes, simples en apparence, toujours arrangées avec goût, où la voix limpide dessine des mélodies instantanément familières. Il faut reconnaître que depuis qu'il a remisé sa moto, l'ancien coursier de Toronto a fait un sacré bout de chemin. Onze albums ont suffi à imposer cette personnalité discrète dans le monde du rock. Peu diffusé sur les radios, étrangement confidentiel, le chanteur canadien au visage de poupon introverti sait qu'il peut compter sur un vivier de fans tenaces.

Que dire d'autre ? Qu'il dégage sur scène une classe folle, tout d'élégance et de retenue. Que le groupe qui l'accompagne est un brillant assemblage de personnalités loufoques. Que même Sir Paul McCartney a salué en lui l'un des plus fins mélodistes de sa génération. Qu'il faut écouter ces superbes compositions, de préférence un soir d'automne ou d'hiver. Sa musique est de celles qui réchauffe l'esprit et qui porte, jusque dans ses accents les plus mélancoliques, la marque d'un talent d'exception.

Extrait du concert d'hier (Merci à l'internaute qui a tourné cette petite séquence à la dérobée)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire