mardi 20 septembre 2011

Décès du poète Michel Héroult

J'ai appris avec tristesse le décès du poète Michel Héroult, avec qui j'avais eu le bonheur de partager les planches le 12 mars 2011 autour du poète Roland Nadaus, à la maison de la poésie de Saint-Quentin en Yvelines (photo). L'auteur s'est éteint le lundi 12 septembre 2011, à l'âge de 73 ans.

Sa voix, lorsqu'il lut ses poèmes, ce soir-là, était juste et profonde. Nous avions discuté, à l'issue de la lecture, et j'avais gardé en mémoire la sagesse de ses conseils, la bienveillance discrète de ce fin limier de la Parole. Il m'avait laissé en partant une édition de ses fameux "Poèmes foudroyés", que j'ai lus par bribes cet été. Sans savoir...

Voici une présentation de Michel Héroult sur le site des Poètes mystiques contemporains : "Alchimiste des mots, Michel Héroult est né en 1938, à Caen, dans le Calvados.

Docteur de troisième cycle en sociologie politique à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, à Paris, il a été très tôt un animateur passionné de revues poétiques, notamment, cofondateur du magazine Le Puits de l'ermite, avec jean Chatard, Robert Momeux et jean-Pierre Lesieur, et celui de La Nouvelle Tour de feu avec Liliana Klein."

Toutefois, c'est par ses poèmes, qu'il qualifie lui-même de « foudroyés», que Michel Héroult donne à lire des regards « comme autant de pierres éparses ». Le poète « gravit les échelles du ciel », son chant « porte témoignage de la souffrance bue jusqu'à l'absurde ».

Il a une manière unique de crier sa soif d'Absolu, fébrilement, « à la faveur de l'ombre ». Si la fraternité est bien présente dans ces textes qui savent que « nos amours trépassent dans la clarté solaire», ceux-ci surprennent surtout par leur musique subtile et une certaine majesté venue d'ailleurs. « En vous les mots se font une fête », s'habillent de bruit, dans l'inexprimé…"


Le poète Michel Héroult en mars dernier, à droite (Photo: Christian Lauté)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire