mercredi 16 février 2011

"La poésie, tout sauf un dérivatif"

La phrase est de Jean-Pierre Siméon. Interrogé par François Aubel, de la rédaction d'even.fr, le directeur artistique du Printemps des poètes analyse ainsi le rôle de la poésie en ces temps de crise : " Oui sans doute, nous avons un besoin plus urgent que jamais de poésie, mais sûrement pas en effet comme une consolation, une fuite du réel ou l’enjolivement d’une réalité pénible", estime-t-il.

"Si nous avons besoin de poésie, c’est qu’elle est « un extraordinaire accélérateur de la conscience » (Roberto Juarroz), qu’elle est une objection à l’affadissement de la langue, au conformisme des représentations, à l’omniprésence du divertissement, ajoute Jean-Pierre Siméon. La poésie, de ce point de vue, est le gage d’une lucidité et d’une compréhension dynamique de la complexité ; c’est de cela dont nous avons besoin en temps de crise, et non de dérivatifs confortables."


(photo : Printemps des poètes)

dimanche 13 février 2011

Les raisons d'un silence passager

Vous l'aurez noté, ce blog traverse un léger creux. Plusieurs raisons à cela.
La première se trouve sur cet autre blog ! N'hésitez pas à le visiter, à le faire connaître autour de vous ; il sera mis à jour le plus souvent possible. Vous l'imaginez, ce nouveau projet est dévoreur de temps ! Mais passionnant, plein de promesses. A suivre, donc.
Seconde raison : je viens de boucler mon tout premier recueil, après une longue phase de réécriture, d'assemblage, de mise en forme... D'où un besoin de recul, ces jours-ci, avant de me lancer dans d'autres projets, dans l'écriture de nouveaux textes. Cela explique aussi que les recensions et petites notes de lecture se fassent plus rares.
Bon, j'essaierai tout de même d'être plus assidu dans les jours à venir. Promis.
Enfin, il y aura dans les prochaines semaines quelques rendez-vous poétiques - notamment la soirée du 12 mars autour de Roland Nadaus - auxquels j'aurai plaisir à vous retrouver.
D'ici là, portez-vous bien,
F-X.M.

lundi 7 février 2011

Andrée Chedid, départ d'un grande dame

La nouvelle vient de tomber. La romancière et poète Andrée Chedid, mère et grand-mère des chanteurs Louis Chedid et Matthieu Chedid, est décédée dimanche soir à Paris à l'âge de 90 ans, a-t-on appris lundi auprès de son éditeur Flammarion (source AFP).

jeudi 3 février 2011

Décès du poète martiniquais Edouard Glissant

L'écrivain martiniquais Edouard Glissant, grande figure de la créolité, est décédé jeudi matin à Paris à l'âge de 82 ans. Auteur d'une œuvre complexe dans laquelle se mêlent souvenirs, légendes, images poétiques, propos polémiques et réflexions théoriques, Édouard Glissant a ouvert la voie aux écrivains de la créolité.

Né le 21 septembre en 1928 à Sainte-Marie, dans le nord de la Martinique, enfant d'une famille modeste et élève brillant, il a fait des études de philosophie à la Sorbonne en 1946. Docteur ès lettres, il a obtenu le prix Renaudot en 1958 pour "La Lézarde". Militant activement contre le système colonial, opposé à la guerre d'Algérie, il fut expulsé des Antilles et assigné à résidence en métropole au début des années 60 par le pouvoir gaulliste.

Il a en particulier enseigné en LouisianeBâton-Rouge) et à la City University de New York, où ses leçons sur William Faulkner ont fait autorité. Ses poèmes sont publiés notamment aux éditions Gallimard.

source : AFP

© Galaade Editions