mercredi 27 juillet 2011

François Cassingena-Trévedy évoque son oeuvre

Je viens de découvrir par hasard cette conversation entre l'éditeur Grégory Solari (Ad Solem) et le poète / religieux François Cassingena-Trévedy, qui évoque ici son dernier ouvrage, "Etincelles, Volume 3" (pas encore lu !)

Intéressante réflexion sur le mystère de l'écriture.


François Cassingena-Trévedy : Etincelles, Volume 3 par Librairie-La-Procure

jeudi 7 juillet 2011

Ces poètes qui repoussent les marges du jour

Article paru dans le cahier Livres & idées de La Croix du jeudi 7 juillet 2011

Trois recueils d'inspiration chrétienne s'attachent à déceler la beauté du monde ordinaire, dans un jeu d'échos troublants

Les Marges du jour de Jean-Pierre Lemaire, Éditions La Dogana, 130 p., 22 €
Un petit jardin de ciel de Jean-Pierre Boulic, La part commune, 96 p., 13 €
Le Premier Jour de la semaine de Jean Maison, Ad Solem, 64 p., 19 €

Le flot des parutions réserve parfois d'heureuses coïncidences. Il en va ainsi de ces trois superbes recueils où l'écriture poétique renoue, sans bruit et sous des formes diverses, avec la force signifiante qui fait parfois cruellement défaut à la poésie contemporaine. Sans bruit, car ces trois auteurs ont choisi l'écoute et l'humilité pour exprimer leur rapport au monde, à ses mystères. Ce parti pris est particulièrement sensible chez Jean-Pierre Lemaire, dont le tout premier recueil, Les Marges du jour, vient d'être réédité trente ans après sa parution. D'illustres aînés ont depuis longtemps adoubé ce poète discret, tel Philippe Jaccottet, qui signe la postface de l'ouvrage : « J'entends là une voix totalement dépourvue de vibrato, miraculeusement accordée au monde simple, proche et difficile dont elle parle et qu'elle essaie calmement, patiemment de rendre encore une fois un peu plus poreux à la lumière. »

De fait, ces petits textes imposent d'eux-mêmes leur évidence en réinscrivant la démarche poétique au cœur de la Création : « Adolescents, nous jetions en marchant le paysage entier, touffu dans notre hotte ; les forêts vendangées, foulées nous donnaient leur souffle et nous ressuscitions chaque feuille plus verte à l'intérieur de nos poitrines. » Empreint de spiritualité, le regard de Jean-Pierre Lemaire a ce pouvoir de mettre à nu « Champs, villages de cendres/traversés jusqu'à l'horizon/par les rails de la foudre » : « Tu cherches l'aiguillage/derrière tes yeux/et sous le vertige/les racines du paysage ». Et même si, pour lui, « la vérité/est une chambre de silence/dont on sort sans tête », sa parole est de celles qui élèvent l'âme. On ne quitte pas ce livre comme on y est entré.

Dans une veine comparable, le Petit jardin de ciel que cultive avec passion Jean-Pierre Boulic, se lit avec bonheur. Le poète finistérien, dont l'œuvre vient d'être saluée par la Société des gens de lettres, s'attache à déceler les traces d'en haut dans ces paysages bretons qu'il affectionne tant : « Écouter s'éveiller/L'émerveillement des simples/Et la voix du magnolia// Ce beau secret mis en abyme/Sous un dais de hauts nuages/L'aubier dans la lumière// Le temps au chant ailé/Que la main de l'aube a posé/Dans un repli de silence. » Veilleur immobile, le poète, selon lui, doit se tenir « au seuil du jour », là où « les arbres en vêtement blanc » sont « si proches de la confidence ».

Ces vers, Jean Maison, auteur du Premier Jour de la semaine, pourrait les faire siens sans difficulté. Cet ancien proche de René Char exprime lui aussi sa fibre chrétienne dans une célébration mystique de la nature : « Ce premier mai, jour de l'Ascension, le pommier se ressaisit, laisse passer l'ondée. Partout, le ciel bas l'accompagne. La patience de chaque feuille, la gloire immense de l'arbre se déploient dans une trinité inventive. » Calqué sur le calendrier liturgique, ce recueil étonnant semble avoir été consigné, tapi derrière un bow-window, à l'affût des métamorphoses saisonnières… Chacun à leur manière, ces trois auteurs ramènent la poésie à ce qu'elle devrait toujours rester : un jardin de mots.

François-Xavier Maigre