mercredi 27 juin 2012

180 écrivains protestent contre une réforme du Centre national du livre

Le président du Centre national du livre (établissement public chargé de soutenir l'édition) vient d'apporter une réponse aux 180 poètes et écrivains qui s'inquiétaient le 26 juin, sur le site du Nouvel observateur, des effets d'une réforme leur paraissant révélatrice de « toutes les régressions imposées par le Marché à la grande Culture » et risquant, à terme, faire « mourir » de nombreux poètes dans « le plus total dénuement ».

La réponse de Jean-François Colosimo, président du CNL, a été publiée sur le site ActuaLitte.com : « les craintes sont absolument infondées », affirme-t-il, invoquant des motifs techniques pour justifier cette réforme. Il précise que « les crédits alloués à la poésie sont en augmentation, pas simplement pour l'édition, mais également pour les résidences d'auteurs, pour le Centre international de Poésie de Marseille, ou encore pour les manifestations ».

Une réforme des commissions du CNL annoncée récemment prévoit que théâtre, roman et poésie fusionnent au sein de la même commission. Cette annonce avait provoqué un certain émoi au sein du petit monde de la poésie. Une pétition a même été déposée le 25 juin au CNL. Parmi les signataires : Michel Deguy, Jacques Roubaud, Guy Gofette, Antoine Jaccottet ou Patrick Kéchichian. Leurs craintes sont-elles justifiées ? Affaire à suivre.

Source : le Nouvel Observateur / Bibliobs

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire