mardi 26 juin 2012

Par obole, de Blandine Merle

Recension parue dans La Croix du 23/06/2012

Par obole, de Blandine Merle, Cheyne, 58 p., 15 €



En 2011, Blandine Merle, une enseignante parisienne d'une trentaine d'années, diplômée de lettres et d'art sacré, a obtenu le prestigieux prix de poésie de la vocation pour le présent recueil. Variation autour du destin tragique du personnage de Mouchette, campé par Georges Bernanos dans son roman Sous le soleil de Satan, ce petit livre révèle une écriture raffinée où la précision du trait n'a d'égale que l'épure qui le caractérise. Blandine Merle parle d'ailleurs de « la blancheur de la page », de « la précaution des linges avec lesquels le nouveau-né est approché du sein ». Au fil de poèmes elliptiques et volontiers impressionnistes dans leur façon de dépeindre le réel, le jeune poète revisite l'œuvre de Bernanos au travers du regard de son héroïne tourmentée. Faussement décousu, cet ouvrage offre une réflexion très personnelle sur le combat entre le bien et le mal, un combat où seule l'écriture permet de « couturer à soi le temps du purgatoire ».

François-Xavier Maigre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire