mercredi 27 juin 2012

180 écrivains protestent contre une réforme du Centre national du livre

Le président du Centre national du livre (établissement public chargé de soutenir l'édition) vient d'apporter une réponse aux 180 poètes et écrivains qui s'inquiétaient le 26 juin, sur le site du Nouvel observateur, des effets d'une réforme leur paraissant révélatrice de « toutes les régressions imposées par le Marché à la grande Culture » et risquant, à terme, faire « mourir » de nombreux poètes dans « le plus total dénuement ».

La réponse de Jean-François Colosimo, président du CNL, a été publiée sur le site ActuaLitte.com : « les craintes sont absolument infondées », affirme-t-il, invoquant des motifs techniques pour justifier cette réforme. Il précise que « les crédits alloués à la poésie sont en augmentation, pas simplement pour l'édition, mais également pour les résidences d'auteurs, pour le Centre international de Poésie de Marseille, ou encore pour les manifestations ».

Une réforme des commissions du CNL annoncée récemment prévoit que théâtre, roman et poésie fusionnent au sein de la même commission. Cette annonce avait provoqué un certain émoi au sein du petit monde de la poésie. Une pétition a même été déposée le 25 juin au CNL. Parmi les signataires : Michel Deguy, Jacques Roubaud, Guy Gofette, Antoine Jaccottet ou Patrick Kéchichian. Leurs craintes sont-elles justifiées ? Affaire à suivre.

Source : le Nouvel Observateur / Bibliobs

mardi 26 juin 2012

Par obole, de Blandine Merle

Recension parue dans La Croix du 23/06/2012

Par obole, de Blandine Merle, Cheyne, 58 p., 15 €



En 2011, Blandine Merle, une enseignante parisienne d'une trentaine d'années, diplômée de lettres et d'art sacré, a obtenu le prestigieux prix de poésie de la vocation pour le présent recueil. Variation autour du destin tragique du personnage de Mouchette, campé par Georges Bernanos dans son roman Sous le soleil de Satan, ce petit livre révèle une écriture raffinée où la précision du trait n'a d'égale que l'épure qui le caractérise. Blandine Merle parle d'ailleurs de « la blancheur de la page », de « la précaution des linges avec lesquels le nouveau-né est approché du sein ». Au fil de poèmes elliptiques et volontiers impressionnistes dans leur façon de dépeindre le réel, le jeune poète revisite l'œuvre de Bernanos au travers du regard de son héroïne tourmentée. Faussement décousu, cet ouvrage offre une réflexion très personnelle sur le combat entre le bien et le mal, un combat où seule l'écriture permet de « couturer à soi le temps du purgatoire ».

François-Xavier Maigre

lundi 25 juin 2012

Anthony Phelps proteste contre l'impunité de l'ancien dictateur haïtien


















Photo © Editions Bruno Doucey

Pour exprimer son indignation devant l’impunité dont continue de jouir l’ancien dictateur Jean-Claude Duvalier, le grand écrivain haïtien Anthony Phelps vient de refuser d’être honoré par le président d’Haïti Michel Martelly, indique un communiqué des Editions Bruno Doucey.

 « Je ne saurais accepter un hommage en temps qu’auteur de Mon pays que voici, tant et aussi longtemps que Jean-Claude Duvalier ne sera pas traduit en justice » a écrit Anthony Phelps au président Martelly le 15 juin dernier.

Agé de 83 ans, et vivant en exil au Québec depuis plus de 45 ans, après avoir connu les geôles du dictateur, " Anthony Phelps associe une œuvre magistrale à une droiture d’esprit qui fuit résolument toutes les compromissions", écrit son éditeur en France, le poète Bruno Doucey.

"Nous qui venons de publier son anthologie personnelle, invitation à découvrir 50 ans d’une œuvre poétique colossale, sommes solidaires de cette courageuse démarche". Tous les haïtiens connaissent son livre culte Mon pays que voici, hymne à son île natale, publié en pleine dictature, et son refus de cette décoration est une véritable onde de choc. "Son geste est l’honneur de la littérature haïtienne", conclut Bruno Doucey.

Anthony Phelps sera présent au festival Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée à Sète (Hérault) du 20 au 28 juillet.

dimanche 24 juin 2012

Retour de la TVA à 5,5% sur le livre

Bonne nouvelle pour les professionnels du livre : la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a confirmé le 21 juin le retour au taux de TVA réduit de 5,5% pour le livre, selon un calendrier qui tiendra compte des contraintes techniques et logistiques du secteur, le livre numérique étant aligné sur le livre imprimé. S'exprimant dans un communiqué, au lendemain d'une réunion avec les représentants des différents réseaux de librairies et des collectivités territoriales, Mme Filippetti assure placer l'avenir de la librairie, et plus spécialement des commerces indépendants, "au nombre de ses priorités".

(avec AFP)

lundi 18 juin 2012

Poème du jour #2 - Bernard Perroy





















"L'eau du puits,
dehors,
se tient tranquille,
ouverte sur les lèvres de l'aube

et cela pourrait tenir lieu
d'hymne à la paix."

Bernard Perroy, La nuit comme le jour, préface de Gérard Pfister, Le Nouvel Athanor, 80 p., 15 €

dimanche 17 juin 2012

30e Marché de la poésie au soleil des mots

Joie d'avoir partagé ce moment avec toute l'équipe des Editions Bruno Doucey. Ici avec l'ami Stéphane Bataillon et Bruno Doucey. Oui, la poésie est un art vivant, voué à renaître au soleil des villes. Les mots ne sont pas faits pour sommeiller dans les réserves des bibliothèques. A bientôt lors de prochaine rencontres !



mercredi 13 juin 2012

Dix poèmes interprétés sur les ondes de RCF

Merci à RCF, ainsi qu'à leur poète chroniqueur Jean-Pierre Boulic et à son acolyte, pour les dix émissions consacrées à mon recueil Dans la poigne du vent, tout au long du mois d'avril. Voici deux extraits de ces petites séquences.

L'orage est passé comme un cri...


Dans la poigne du vent 1 by FX Maigre

Or voici que l'enfant, pieds nus sur le seuil...


Dans la poigne du vent 2 by FX Maigre

mardi 12 juin 2012

Signature au Marché de la poésie

Si certains sont d'humeur flâneuse, je serai dimanche 17 juin au stand 506 des Éditions Bruno Doucey de 14h30 à 15h30 dans le cadre du 30ème Marché de la Poésie, pour une signature de mon premier recueil "Dans la poigne du vent", en vente sur place. Entrée gratuite, place Saint-Sulpice (Paris 6e). Peut-être l'occasion de se revoir !

samedi 9 juin 2012

Poème du jour #1 - Gilles Baudry



"Trouve des mots
qui soient des portes
derrière lesquelles
on écoute la mer raconter une histoire

de ces portes qu'on pousse
au-dedans de soi"

Gilles Baudry, Brocéliande, Liv'Editions, 110 p.

jeudi 7 juin 2012

Podcast de l'émission diffusée jeudi 7 juin sur RCF

Merci à Stéphanie Gallet pour son invitation à cette émission consacrée aux "Poètes d’aujourd’hui", diffusée sur RCF le jeudi 7 juin. Invités : Emmanuelle Leroyer, Membre de l'association Le Printemps des Poètes, responsable du secteur livre et formations, Jean-Pierre Lemaire, Poète et professeur de lettres et Gwenola Morizur, Membre de la Maison de la Poésie, coordinatrice des missions de l'association, et votre serviteur. Merci aussi à Jean-Pierre Lemaire pour avoir lu à l'antenne un passage de mon premier livre, Dans la poigne du vent.

Le temps de le direPoésie et Poètes d'aujourd'hui

Les éditions Bruno Doucey au Marché de la poésie

Comme chaque année, les éditions Bruno Doucey prendront part au Marché de la poésie, qui aura lieu du jeudi 14 juin au dimanche 17 juin 2012, place Saint-Sulpice, 75006 Paris. Dimanche, je serai heureux d'y retrouver ceux d'entre vous qui passeront !
Jeudi 14 juin de 14h00 à 22h00
19h00 à 20h00 : Paul de Brancion
18h30 à 19h30 : Pierre Vavasseur

Vendredi 15 juin de 11h30 à 22h00
16h00 à 17h00 : Oscar Mandel
17h00 à 18h00 : Ananda Devi
17h00 à 18h00 : Anthony Phelps
18h00 à 19h00 : Pierre Vavasseur

Samedi 16 juin de 11h30 à 22h30 
15h00 à 16h00 : Anthony Phelps
15h00 à 16h00 : Salah Al Hamdani
16h00 à 17h00 : Ananda Devi
16h00 à 17h00 : Anne Personnaz
17h00 à 18h00 : Stéphane Bataillon
17h00 à 18h00 : Anne Bihan

Dimanche 17 juin de 11h30 à 20h00 
14h30-15h30 : Stéphane Bataillon
14h30-15h30 : François-Xavier Maigre
15h30 à 16h30 : Jeanine Baude
15h30 à 16h30 : Anne Personnaz

mercredi 6 juin 2012

Le dernier recueil de Pierre Tanguy vient de paraître


Bonne surprise au courrier de ce matin ! L'ami Pierre Tanguy me fait parvenir son dernier né. Feuilleté rapidement : promesse d'un beau moment de lecture. A suivre. Mais, d'ores et déjà, je ne peux que vous le recommander. L'auteur parle du départ d'une mère : une vie qui s'achève, l'autre qui s'ouvre. Limpide et sensible, comme à son habitude.



"D'abord ces veines bleues
coulant sous la peau diaphane,
la trace encore visible
des lessives épinglées
dans le froid du matin".

Pierre Tanguy


vendredi 1 juin 2012

Soirée autour de Roland Nadaus à la Maison de la poésie des Yvelines

Jeudi 31 mai, j'ai eu la joie de retrouver le poète Roland Nadaus à la Maison de la poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines pour le lancement de son anthologie rassemblée et préfacée par Jacques Fournier, Vivre quand même parce que c'est comme ça (éditions Gros textes). Irène Clara, Hervé Martin, Lydia Padellec, Mario Urbanet, Jean-Michel Robert ou encore Yoann Lavabre étaient aussi de la partie. Merci à Roland Nadaus de m'avoir invité à lire l'un de ses poèmes, et succès à son livre !

Le poète Roland Nadaus (à gauche) avec Jacques Fournier, directeur de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines  (photo : F.-X.M.)