dimanche 10 février 2013

Philippe Mac Leod, traité spirituel et souffle poétique

Publié dans le cahier Livres & idées de La Croix du jeudi 7 février 2013. 

Spiritualité. Le poète livre une puissante méditation sur la présence du divin au cœur de la vie quotidienne


Avance en vie profonde
de Philippe Mac Leod
Ad Solem, 160 p., 23 €


Avec un tel patronyme, on l'imagine déjà attablé au fond d'une taverne écossaise, à scruter vaguement la brume des Highlands ; mais c'est au cœur du pays pyrénéen, à quelques lieues de Lourdes, que Philippe Mac Leod, 58 ans, a fait son nid. Peu médiatique en dépit d'un réel succès d'estime, cet ancien libraire parisien a su forger une œuvre littéraire inclassable et éminemment spirituelle, nourrie par l'expérience de la solitude et du retrait. Lire Mac Leod, c'est entrer dans l'intimité d'une parole qui puise sa grâce aux sources du monde ; de celles qui recueillent la lueur cachée des choses pour la restituer comme une offrande.

Il s'agit ici d'« avancer en vie profonde », au rythme d'une prose ciselée comme un versant montagneux aux premières heures du jour. Le poète considère la Création divine comme un refuge capable de réconcilier l'homme avec lui-même et avec le Tout Autre, à l'image de ce grand frêne dont la « vaste charpente nous montrera comment retrouver un chemin dans la confusion qui nous assaille ». À la suite de tant d'autres, Philippe Mac Leod fonde l'acte poétique sur un sens aigu de la contemplation : « Nous imaginons mal les liens vivants qui subsistent entre les choses et notre cœur le plus intime. »

Écrit à la deuxième personne du singulier, comme s'il s'agissait de prendre le lecteur par la main, ce voyage au cœur du Mystère comporte de très belles pages où l'auteur décline quelques conseils, très simples, pour nourrir sa vie chrétienne à la lumière des « trois colonnes » que sont parole, prière et pain.

À la manière d'un Rilke, l'écrivain se révèle en authentique maître de sagesse : « La seule règle demeure la présence. Tout lui est soumis. Tu dois la devenir, elle doit te posséder, et pour cela je te prescris cette approche aimante de la parole, l'oraison persévérante, l'eucharistie qui imprimera sa cohérence à ta vie donnée. » À quelques jours du Carême, cette confidence fait de Mac Leod un compagnon idéal pour préparer son âme au silence.

François-Xavier Maigre




1 commentaire:

  1. J'ai rencontré Ph. Mac Léod dans une chapelle pyrénéenne. Il offrait des textes à voix haute. Sa personnalité m'a parue simple et profonde, sans esbroufe. Ses textes dans la Vie m'ont beaucoup nourrie aussi. Merci pour ce titre !

    RépondreSupprimer